Ajouter du soufre dans le vin

Le dioxyde de soufre (SO2) est l’additif chimique le plus utilisé dans l’élaboration du vin et le plus controversé. Il a pour propriétés d’inhiber ou de tuer certaines levures et bactéries jugées inutiles et de protéger le vin de l’oxydation.

Le dioxyde de soufre est utilisé à différentes étapes de la vinification et le vin fini en contient sous la forme de sulfites.

On trouve des sulfites dans tous les êtres vivants et même les vins non soufrés en contiennent en infimes quantités. Ils peuvent potentiellement provoquer des réactions allergiques sévères.

Il ne faut pas confondre le dioxyde de soufre avec la poudre de soufre jaune que l’on pulvérise sur les vignes pour les protéger de l’oïdium qui est aussi utilisé en viticulture biologique.

Le mildiou peut être contrôlé efficacement avec des traitement à base de plantes.

Histoire

Si l’on affirme souvent que les Romains utilisaient le soufre pour conserver leurs vins, la preuve n’en a jamais été clairement établie.

La première mention explicite de son usage dans la vinification remonte à un décret royal allemand de 1487. il autorisait les vignerons à brûler des copeaux de bois soufrés dans les tonneaux utilisés pour conserver le vin.

C’est une méthode de désinfection efficace qui est toujours mise en pratique actuellement ( on utilise plutôt de la poudre de soufre pure que des copeaux de bois) bien que la nettoyage à la vapeur soit désormais une alternative.

L’utilisation systématique de dioxyde de soufre pour contrôler la fermentation et stabiliser le vin au moment de la mise en bouteille a été mise au point et perfectionné par des français d’Afrique du Nord au début du 20ème siècle.

C’était une méthode pour être en mesure de produire un vin dans des climats trop chauds. Le procédé a ensuite été appliqué à d’autres climats pour faire du vin sans trop s’en occuper.

Les vins non soufrés

La plupart des vignerons vous diront que ce n’est pas possible de faire du bon vin sans dioxyde de soufre. C’est faux.

Mais les risques sont tels que rares sont les vignerons qui soient prêts à les prendre.

morethanorganic.com soutient les vins naturels. Nous admirons les vignerons qui ont le talent et le courage de les réaliser, et nous avons la volonté de leur faire la promotion qu’ils méritent.

Dire que le dioxyde de soufre est toujours indispensable est un mythe qu’il faut combattre.

Nous reconnaissons tout de même que, dans certains cas, le dioxyde de soufre est la seule option.

Quand, au moment de la mise en bouteille, le vigneron en met en dose homéopathique, cela n’a que très peu voire aucune incidence sur le goût du vin et peut aider ce dernier à le protéger de mauvaises manipulations.

Certains vignerons naturels travaillent de cette manière.